Elle et Vire – Produits laitiers – Pub TV 

Cette publicité montre des vaches heureuses courant dans les champs en liberté. Le bonheur ?
Oui, sans doute un plus grand bonheur que des vaches enfermées dans des étables ou des hangars industriels. Oui, c’est mieux. Mais doit-on considérer cette publicité comme positive, si toutefois le grand air et la liberté est bien la réalité de tous les éleveurs qui donnent leur lait à Elle et Vire ?
Pas sûr. car cette publicité est très déculpabilisante. En consommant Elle et vire, on s’assure du bien-être animal. Ce que le site ne dit pas, c’est la façon dont on fait le lait. Et cela, cela concerne aussi Elle et Vire.

Comme tous les mammifères, les vaches laitières produisent du lait à la naissance de leur veau. Les vaches sont généralement inséminées artificiellement 3 mois après la mise bas. Elles donnent naissance à un veau par an.

Les veaux sont enlevés à leur mère quelques heures et jusqu’à 1 ou 2 jours après leur naissance, afin qu’ils ne tètent pas leur lait. Il sont nourris avec des produits de substitution. La séparation est une source de stress importante à la fois pour la vache qui peut meugler pour appeler son petit pendant plusieurs jours, et aussi pour le veau lui-même.

Sélectionnées génétiquement pour produire toujours plus de lait, une vache produit aujourd’hui en moyenne 8 400 litres de lait par an, soit 3 fois plus qu’en 1950.

Cette course à la productivité provoque chez les vaches  de nombreuses souffrances, largement accrues lorsqu’elles vivent une grande partie du temps à l’intérieur d’un bâtiment, ce qui est le cas de la majorité des vaches laitières en France.

On leur brûle le plus souvent les cornes.

Après environ 3 à 5 ans de lactation intensive, lorsque les vaches laitières sont usées ou ne produisent plus assez de lait, elles sont « réformées ».

Abattues, elles fournissent l’essentiel de la viande commercialisée sous l’appellation « viande de boeuf ».

Alors, toujours vertueuse Elle et Vire ?

A vous de juger !

Pin It on Pinterest

Share This